Droit de la santé publique animale et végétale

Droit de la santé publique animale et végétale

Jurisprudences relatives à la santé végétale

1 2 3

Les maires et les produits phytopharmaceutiques (fin)

31/12/2020

Le Conseil d’État a clos, par un arrêt du 31 décembre 2020 (439253), le débat sur les pouvoirs de police du maire en matière d'usage des produits phytopharmaceutiques en confirmant la prééminence des polices spéciales sur les pouvoirs de police générale conférés au maire par le code général des collectivités territoriales.

Les maires et les produits phytopharmaceutiques

03/03/2020

Le juge administratif de Montreuil, s'appuyant sur le danger présenté par les produits incriminés et l'absence de mesure nationale de police au moment des faits, refuse de suspendre cinq arrêtés municipaux d’interdiction d'épandage de produits phytopharmaceutiques au motif de la présence de circonstances locales telles que la densité des établissements scolaires alors que l'interdiction d'utilisation ne porte pas préjudice à des activités économiques locales.

Ce jugement s'inscrit dans la jurisprudence ouverte en août 2019 par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise.

Distances d'épandage des produits phytopharmaceutiques

14/02/2020

Dans la suite des jurisprudences d'août et novembre 2019 sur les pouvoirs du maire en matière d'épandage de produit phytopharmaceutiques, un collectif de maires a saisi le Conseil d’État à propos de la légalité d'une part du décret 2019-1500 du 27 décembre 2019 relatif aux mesures de protection des personnes lors de l'utilisation de produits phytopharmaceutiques à proximité des zones d'habitation et, d’autre part, de l’arrêté du 27 décembre 2019 relatif aux mesures de protection des personnes lors de l'utilisation de produits phytopharmaceutiques en ce qu'il impose des distances minimales de sécurité lors des épandages.

Par ordonnance du 14 février 2020 (437814), le Conseil d’État a considéré que l'urgence requise pour statuer sur cette demande en référé n'était pas établie.

Interdiction d'exportation des produits phytopharmaceutiques

31/01/2020

Le Conseil constitutionnel a jugé le 31 janvier 2020 (2019/823QPC) que l'article L253-8 du CRPM, en ce qu'il interdit l'exportation de certains produits phytopharmaceutiques contenant des substances actives non approuvées par l'Union européenne, est conforme à la Constitution car la protection de l'environnement, patrimoine commun des êtres humains, constitue un objectif de valeur constitutionnelle. Le législateur, fondé à tenir compte des effets que les activités exercées en France peuvent porter à l'environnement à l'étranger, a assuré une conciliation entre la liberté d'entreprendre et les objectifs de valeur constitutionnelle de protection de l'environnement.

Le principe de précaution au secours des abeilles

29/11/2019

Le tribunal administratif de Nice a considéré le 29 novembre 2019 (1704687) que le directeur de l'ANSES n'avait pas respecté le principe de précaution en autorisant la mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques « Transform » et « Closer » sans les assortir d'obligations pour les utilisateurs de nature à suffisamment protéger les insectes.